LES BANQUES NE SERONT DONC PAS TAXEES …

… A mon plus grand regret , car elles se font quand même de l’argent sur notre dos . Il eut été normal qu’elles fussent taxées pour contribuer à renflouer le déficit de la caisse d’assurance maladie . Il faut croire que les banques sont privilégiées alors qu’elles ne font pas leur travail . Et c’est bien dommage car leurs dirigeants ont purement et simplement berné l’état . En lui faisant miroiter qu’ils allaient , après l’injection de 20 milliards d’€uros par ce dernier , relancer l’économie en prêtant de l’argent aux honnêtes citoyens comme vous et moi qui ont envie de s’en sortir . Je trouve cela dégradant pour la france à laquelle je ne prend même pas la peine de mettre une majuscule . Car au stade actuel , la france est vraiment minuscule . Selon moi , l’état aurait dû sanctionner les banques en les taxant largement . Au lieu de ça , il leur fait un cadeau magnifique . Et qui va encore en être les victimes ? Car enfin il faudra tout de même renflouer le déficit de la sécu . Les banques et surtout leurs dirigeants sont des enfoirés et je leur voue une haine encore plus prononcée qu’avant . Alors que s’ils m’avaient accordé le prêt que je leur ai demandé , on n’en serait pas là . Ils n’avaient aucune raison de me le refuser . J’envisage , prochainement , de citer des noms … Pour leur faire de la pub … à ma manière !

ET PENDANT CE TEMPS LA , EN FRANCE , ON PEUT CREVER

Attention , si vous cherchez à emprunter de l’argent dans une banque française , que ce soit pour un prêt immobilier ou professionnel , lisez bien ce qui suit avant , c’est hallucinant :

et oui , rien que ça…

Selon Les Echos, les banques françaises consolident leurs positions en Afrique du Nord. Toutefois, la crise économique les a obligés à revoir leurs ambitions à la baisse.

Capter les milliards d’euros de flux vers les pays d’Afrique du Nord. C’est l’enjeu capital des établissements français selon le quotidien économique français Les Echos qui a mis l’accent sur cette tendance des banques françaises qui se mettent à l’assaut du secteur bancaire marocain. Pour ce quotidien, les établissements français consolident leurs positions historiques en Afrique du Nord, avec comme enjeu : «fidéliser la clientèle étrangère résidant en France et capter les milliards d’euros de flux qui se dirigent annuellement vers ces pays». Le journal, spécialisé dans l’actualité économique et financière, relève que l’Afrique du Nord constitue depuis quelques années une «zone stratégique» pour le développement international de ces établissements, présents aussi bien au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Egypte. L’enjeu de cette présence est double, selon la publication. «Il s’agit d’accompagner les populations étrangères résidant en France et capter le marché des transferts de fonds en direction de leurs pays d’origine», précise Les Echos. En 2008, les transferts de fonds en provenance de France se sont élevés par exemple à 4,7 milliards d’euros en direction du Maroc, 1,5 milliard pour l’Algérie et 1,3 milliard pour la Tunisie, soit respectivement 9, 1,6 et 4,9 % de leur Produit national brut, selon la même source. Pour ce quotidien, cette tendance s’explique également par le souci des groupes français de «déployer sur place le modèle de banque universelle à travers la banque de détail mais aussi des services de banque privée, crédit à la consommation ou banque de financement et d’investissement».
Au cœur de la cible, il y a les étudiants poursuivant leurs études en France et les seniors français installés au Maroc. Pour les premiers, il est question d’ouverture de comptes, délivrance de caution bancaire de loyer… Pour les seconds, il s’agit plutôt de services immobiliers. En effet, depuis ces trois dernières années, les banques françaises se sont intéressées au Maroc où elles ont commencé à coopérer avec des banques marocaines pour offrir des crédits immobiliers pour l’achat d’un bien immobilier au Maroc. Ainsi, de grandes banques françaises ont multiplié leurs offres en partenariat avec des établissements marocains, facilitant notamment l’obtention de crédits immobiliers au profit de la diaspora franco-marocaine estimée à 1,2 million de personnes. En pleine récession, ces établissements fonciers vont-ils maintenir leur projet et leur ambition en Afrique du Nord ? Selon Les Echos, la crise économique a toutefois obligé les banques françaises à revoir leurs ambitions à la baisse.
En fait, la Banque mondiale prévoit pour 2009 une baisse de 7,3 % des fonds à destination des pays en développement, à 305 milliards de dollars contre 328 milliards de dollars en 2008. Les montants restent malgré tout colossaux, estime le journal, précisant que 22 milliards d’euros devraient être transférés vers l’Afrique du Nord en 2009. «La concurrence ne devrait donc pas faiblir entre les différents acteurs pour tenter de s’accaparer une part de cette manne», ajoute le quotidien. Pour les banques marocaines installées en Europe, Les Echos cite Attijariwafa bank «premier groupe bancaire du Maghreb», qui «possède une vingtaine d’agences en France et ambitionne d’atteindre 40 implantations d’ici à 2012». L’enjeu reste le même : «fidéliser la clientèle de particuliers et d’entreprises localisés en France et ayant des relations régulières avec le Maghreb afin de faciliter les transferts d’argent». En plus d’Attijariwafa bank, il y a aussi la Banque populaire, qui a obtenu l’année dernière le passeport européen, et le groupe BMCE qui a installé sa MediCapital Bank à Londres.

LE RACKET DES BANQUES SUR LES PLUS DEMUNIS

Argent trop cher. Et ponctions illégales. Les banques ont su rendre la manche obligatoire en faisant financer leurs largesses et erreurs par de l’argent public. Les bonus et dividendes sont de retour pour goussets de traders et ventres replets d’actionnaires. Mais il n’y a pas de petit profit. La crise systémique multiplie les licenciés, les travailleurs pauvres et le manque de pouvoir d’achat. Le système bancaire n’hésite pas là, lui, à faire les poches de ses clients en proie aux difficultés de la vie, oubliant un peu vite que c’est eux qui ont été les premiers à payer sa crise et qu’on les a obligés à sauver son répugnant cadavre moribond de capitalisme financier révolu. Bref, comme les politiques du “tous pourris”, elles tentent de mordre la main qui les a nourries.

Si le rapport à l’argent, à l’endettement, à ses besoins réels et non pas suggérés est à repenser, la premières des choses nécessaire pour remettre un tout petit peu la machine à l’endroit est de rappeler à ces banquiers qu’ils vivent de notre argent – qu’ils ne rémunèrent pas, d’autant moins quand on est serré financièrement , et qu’il appartient à la collectivité de les faire rentrer, de gré ou de force, dans le droit chemin de pratiques civilisées.

MA HAINE ENVERS LES BANQUES FRANCAISES

J’ai sollicité plusieurs banques pour obtenir un prêt concernant l’achat d’un local commercial et d’un appartement contigüe au commerce . Les chiffres commerciaux du vendeur étaient plus que satisfaisants , mais les établissements bancaires m’ont tous refusé le prêt . D’où la haine que j’entretiens désormais à leur encontre , et la naissance de ce blog pour exprimer ma colère . Les banquiers ne jouent pas le jeu et sont les seuls responsables de la crise économique que nous subissons . Quand ils ont pleuré auprès de l’état pour quémander à peu près 20 milliards d’€uros , là , il y avait du monde . Mais quand il s’agit de faire leur métier qui est de prêter de l’argent aux honnêtes citoyens qui comme moi n’ont qu’une envie : celle de s’en sortir ( et de les faire travailler , eux aussi ) , là il n’y a plus personne . Les enfoirés de banquiers s’étaient engagés , en échange de ces 20 milliards d’€uros , à oeuvrer pour faire leur métier , en relançant la reprise économique . En faisant confiance au marché et aux emprunteurs dont je fais partie . Mais au lieu de ça , ils préfèrent enrichir grassement leur traders qui , eux , par des magouilles plus que douteuses , leurs permettent de s’engraisser sur le dos des honnêtes gens comme vous et moi . J’accuse les banques de vouloir bloquer l’économie au lieu de la relancer comme ils l’avaient fait croire à l’état lorsque celui – ci leur a , sans hésiter , octroyé l’argent public ( c’est à dire le nôtre ) , qui a constitué le soit disant plan de relance ( je rappelle la somme : 20 milliards d’€uros ) !
Alors qu’il est question ces temps – ci de taxer les banques , inutile de préciser que j’y suis entièrement favorable , mais pas à hauteur de 10 % , mais plutôt de 35 voire 40 % de leurs bénéfices . Ils ont menti sur leurs intentions vis à vis de l’économie : Au lieu d’aider les honnêtes gens , ils leur appuient sur la tête pour les enfoncer . Donc pas de pitié !
Réagissez à cet article , que vous soyiez ou non en accord avec moi . Et j’appelle toutes les victimes des enfoirés de banquiers , comme moi , à se rebeller sur la toile , et notamment sur ce blog qui est conçu pour ça .

12
 

Solidarité Handicap |
le carnet du lait |
Barhama Kaolack |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cgt Sagem DS
| Urbanisme - Aménagement - ...
| CGT CATERPILLAR